Les étoiles de Saint-Vincent

Publié le 16 Juillet 2010

 

  Digne-les-Bains,  ma ville de naissance,  capitale de la lavande, préfecture des Alpes de Haute-Provence,   n'a pas toujours été connue que pour son thermalisme. Dans le courant du XIXe siècle,  sous l'impulsion et la créativité d'Antoine Colomb, elle a acquis une renommée grâce à ses bijoux réalisés à partir d'un matériau abondant sur les pentes de la colline de Saint-Vincent, les pentacrines,  plus connus sous la jolie appellation "d'étoiles de Saint-Vincent". 

 

  Les pentacrines, qu'es aço ?

 

  Il s'agit d'un animal marin fossilisé datant du jurassique inférieur,  un Crinoïde ( du grec krinon,  lis et eidos, forme ) de la classe des Echinodermes comparable aujourd'hui à un oursin, son plus proche parent  avec les étoiles de mer.  De par sa forme assimilable à une plante, son nom commun est  le  "lys de mer".   Les sites fossilifères se trouvent un peu partout en France ( Ardèche, vignobles des vins doux du Jura, en Lorraine avec  les grottes de Pierre-la-Treiche, Charentes, en Isère avec l'Isle-Crémieux..... ) et dans le monde ( Maroc, littoral anglais vers Folkestone..... ) enfin, là où il y avait  la mer au moment de la division de la Pangée.

 

                                              421px-Haeckel Crinoidea

 

 Les pentacrines dignoises ( pentacrine au singulier, est du genre masculin ! )  se présentent sous  forme de pierres noires  étoilées  à cinq angles saillants,  les surfaces comme gravées :

 

- Les troques, quand elles sont séparées des unes des autres, 

- Les entroques, quand elles sont  attachées entre elle.

 

                                     P1010316                                                                            P1010317

 

 Pierre Gassendi, le  mathématicien, philosophe, astronome  et théologien célèbre, enfant du pays, les décrits  ainsi dans le courant du XVIIe siècle :

 

   Tel est le cas de (ces pierres) souvent de couleur foncée - si bien que les autres pierres aussi sont nommées Astéries comme la pierre étoilée - qui se distinguent selon les incisions particulières qui ont l'aspect d'étoiles pentagoniques, dont les cinq sommets se recoupent selon des demi-cercles vers le centre. Et si les étoiles ne sont pas séparées, elles ressemblent à des colonettes cannelées - les interstices des angles pouvant ne pas être complètement bouchées mais légèrement  creusés.......

 

                                               PierreGassendi

 Pierre Gassendi  ( Digne, 1592 - Paris, 1655 )

 

  Quant au botaniste, Simon Jude Honnorat, dans son Dictionnaire de la langue d'Oc ancienne et moderne, voici la définition qu'il en donne au XIXe siècle.

 

Piera se Sant Vincèns :  s.f. Nom qu'on donne à Digne aux débris fossiles des encrines qu'on a tour à tour nommées astroïtes, étoiles de mer pétrifiées, pentacrines, etc ....

 

 

  Connues donc depuis très longtemps, elles étaient employées pour se protéger des maléfices et des envoûtements. Les bergers les utilisaient comme talismans placés  dans les murs où les toits des bergeries,  contre la foudre.  Cet aspect des choses s'explique par la forme elle-même :  celle d'un pentagramme.   L'étoile flamboyante ou de vie symbolise la perfection.  Le noir  qui unit toutes les couleurs, joue  également de son importance : dans la liturgie,  il  est le symbole de  la survie et de l'éternité.

 

  C'est avec les magnifiques créations d'Antoine Colomb de 1850 à 1906, à l'enseigne L'étoile des Alpes, que les étoiles de Saint-Vincent se firent vraiment remarquées et devinrent le symbole de Digne. Surnommé le "Benvenuto Cellini dignois"  il obtint  plusieurs distinctions  pour son travail allant jusqu'à des commandes spéciales pour la République :

 

- Médaille de vermeil au concours Industrie de l'Exposition Universelle de 1855,

- Médaille de 1re classe au concours des Beaux-Arts de Digne en 1861,  

- Concours du Mât de Cocagne en 1875.

 

  Les touristes de passage et les colporteurs contribuèrent grandement  à faire connaître  ces bijoux identitaires, colliers,  croix, pendentifs, boucles d'oreilles, broches dont les célèbres " Comètes", boutons de col,  de manchettes, bagues, châtelaines, épingles à rubans,   à chapeaux,  de cravates,  peignes à chignons, bijoux de pèlerinages. Ils furent de tous les évènements de la vie. Montés principalement sur argent, on en trouve néanoins  à monture d'or, mais c'est plus rare.

 

                                              

Broche-en-etoiles-de-Saint-Vincent.jpg

Chatelaine-en-etoiles-de-Saint-Vincent--1-.jpg

BwMLqZgBGkKGrHqIOKioEwPgBihBMH2OvYWeQ 12  

 

  Les étoiles et par  conséquent les bijoux, eurent un tel succès qu'il ne fût  jusqu'à Paul Arène qui  ne les ait   mises en poème dédié à l'amour malheureux de sa vie, Anaïs Roumieux, la fille du félibre Louis Roumieux.  Il est dommage qu'elles ne lui aient  pas plus porté chance : il ne se maria jamais.  Le père de "Jean des Figues" n'a pas été protégé du mauvais oeil !  Il nous a laissé cependant ce beau poème dans l'Armana Prouvençau de 1873 que je vous laisse découvrir. 

 

 

PaulArene.png

 Paul Arène ( Sisteron, 1843 - Antibes, 1896 )

 

( Ma connaissance du provençal étant ce qu'elle est, soyez indulgent avec la traduction, elle n'est là que pour  la compréhension  ! )

 

LIS ESTELLO NEGRO

A Madamisello Anaïs, en ie mandant uno crous facho de peireto en forme d’estello que l’on trovo sus lou coulet de Sant-Vincèn.

I

Vès-l’aqui, l’estello moureto.                     La voici, l’étoile  noiraude.
Ah ! pecaire ! que fre qu’avié,                    Ah ! peuchère !  qu'elle grelottait,
Au bèu mitan di candeloto,                        Au beau milieu des stalactites ,
Dins la frediero de nevié !                           Dans la froidure du manteau neigeux !

Tenès, ves-l’aqui ! l’ai trouvado,               Tenez, la voici ! je l’ai trouvée,
Un jour de ceù clar e de fre                          Un jour de ciel clair et de froid
Q’une ivernenco souleïado                         Qu’un pâle soleil d'hiver
Fondié lou glas sus lis adré.                         Fondait la glace sur les adrets.

Èro coume uno lagramuso,                           Elle était comme un lézard,
Bevènt li rai e fernissènt ;                             Buvant le rayon et frémissant ;
La cuière, jalado e nuso,                               Je la cueillis nue et gelée,
Long dóu coulet de Sant-Vicèn.                 Sur la colline de Saint-Vincent.

Avié per lie le roco duro…                          Elle avait pour lit le rocher dur…
Dirias pas, emé si cinq rai                             Ne dirions nous pas, avec ses cinq rayons
E si menùdi gravaduro,                                 Et ses menues gravures
Qu’es une estello pèr verai ?                        Qu’elle est une étoile  pour de vrai ?

Lou fum dis uiau la  mascaro.                      Noircie de la fumée des éclairs.
D’unte es toumbado ? res lou sa ;               D’où est-elle tombée ? Personne ne le sait ;
Mai sabé  ieu, qu’es negro encaro               Mais je sais  moi, qu’elle est noire encore
Di fio d’Amour qu’a traverssa !                   Des feux d’Amour qu’elle a traversés !

Li bouscatiero e li pastre                               Les bûcheronnes et les bergers
De-fes acampon pèr lou sòu                         En ramassent parfois par terre
D’aqueli pichot retra d’astre                         De ces petites représentations d’astres
Que s’en croupo cènt em’un sòu ;               Qui s’achètent cent pour un sou.

E, un jour de marcat, lou divèndre,              Et, un jour de marché, le vendredi,
Quand li porton i gros moussu                     Quand ils les portent aux Messieurs
E i sabènt de Digno, pèr vèndre,                   Et aux savants de Digne, pour les vendre,
Se fai d’istòri aqui-dessu.                               Chacun disserte à son sujet.

Se dis…. Mai iéu ame mies creire                 On raconte…. Mais moi j’aime mieux croire
Ço que creson lis escoulan                             Ce que croient les écoliers
E ço qu’ensignavon li rèire.                            Et ce qu’enseignent les anciens.


II

Parèis que, dempièi de milo an,                      Il paraît que, depuis mille ans,

Tóuti lis fes que, dessus terro,                         Toutes les fois que, sur terre,
Un parèu qu’Amour a crema                           Un couple qu’Amour a brûlé
S’atrovo n’èstre plus ço quèro,                        Se trouve n’être plus ce qu’il était,
E d’amour vai se desmana ;                              Et d’amour  va se sevrer ;

Tóuti li fes qu’une mestressso,                        Toutes les fois qu’une maîtresse,
Pèr meichantige, à soun lesi,                            Par  méchanceté, à ses loisirs,
Abèuro dóu vin d’amaresso                             Abreuve  du vin d’amertume
Soun calignaire amouroussi ;                           Son  amant énamouré ;    

E tóuti li fes, - acò’s pire,-                                  Et toutes les fois, - cela est pire,-
Qu’un jouvenome, orre pagan                          Qu’un jeune homme,  hideux païen
De son cor amosso lou cire                                Etouffe la flamme de son coeur
E pièi se chalo en renegant ;                              Et se complait dans sa trahison ;

Uno, alor, dis pùris estello                                  Une, alors,  de ces claires étoiles
Que s’en vèi lou cèu clavela                               Dont les pointe semblent cribler le ciel
De nèblo e de nièu s’enmantello                        D’un manteau de brouillard et de nuit s'enveloppe
E pren lou dòu, apereila.                                      Et  s'endeuille au fond du firmament.

Afrejòulido, malancòni,                                       Frileuse,  mélancolique,
Trantaianto, coulor de sang,                                Vacillante, couleur de sang,
L’estello claro intro en angòni,                           L’étoile claire entre en agonie,
E s’amosso, e vai cabussant                                  Et s’éteint, et va s'écroulant

Au travès dis Astre et di Mounde !…                A travers des Astres et des Mondes ! …
Turtant de pople de souléu                                  Heurtant des peuples du soleil
Fau que long-tems bounde e rebounde ;           Il lui faut longtemps bondir et rebondir
Pièi s’aclapo dins nòsti nèu.                                Avant de choir dans notre neige.

E n’i ’a coume açò de mountagno.                     Et il n’y a ainsi des montagnes.
Qu’amoulounado trouvaren :                             Qu’amoncellements  vous trouverez :
Serre d’amour, coumbo de lagno,                       Cimes d’amour, vallées de douleurs,
Que de li vèire fai segren.                                    Que de les voir nous brise l'âme.

 III    

Vès l’aqui, l’estello moureto.                               La voici, l’étoile  noiraude.
Ah ! pecaire, que fre qu’avié,                               Ah ! peuchère !  qu'elle grelottait
Au bèu mitan di candeleto,                                  Au beau milieu des stalactites,
Dins la frudièro di  nevié !                                    Dans la froidure du manteau neigeux !

Estello que lou cèu ie manco,                              Etoile que lui ciel lui manque,
Coulomb*, emé soun gàubi gènt,                       Colomb*, avec  son adresse parfaite
En memòri de la nèu blanco,                                En mémoire de la neige blanche,
L’a ’ncadrado d’un fiéu d’argent ;                       L’a encadrée d’un fil d’argent ;

E se Naïs la voù rejougne,                                     Et si Naïs la veut serrer,
Pauro estello sènso belu,                                        Pauvre étoile sans étincelle,
Dins li riban de soun jougne,                                Dans le ruban de son corsage,
Regretara pas soun cèu blu !                                 Elle ne regrettera pas son ciel bleu !

 

 

Pau Areno

Digno, en Nouvèmbre 1871

*Orfabre de Sisteroun

 

 

N.B : Paul Arène fait d'Antoine Colomb un orfèvre de Sisteron. Antoine Colomb  est bien de Digne où il est né le 13 juin 1826, rue de la Mairie. Il était lui-même fils d'un bijoutier. Il fût  envoyé à Paris pendant 4 ans où il apprit la joaillerie dans l'atelier de Froment-Meurice.

 

  Aujourd'hui, les pentacrines font la joie des collectionneurs.  De source sûre , il n'y aurait guère que Sybel Créations à Saint-Rémy de Provence  qui  reproduit encore ces bijoux  régionaux.  Il y a deux ans, c'est à cette enseigne que je me suis  adressée pour une paire de dormeuses.

 

P1010315.JPG

P1010313.JPG

 

  A Digne, il semblerait  par ouï-dire que seule la Bijouterie Commeiras soit héritère de ce savoir-faire. Mais je n'en suis moins sûre !

 

  Quoi qu'il en soit, s'il vous prenait l'envie d'aller en ramasser, sachez que le site est protégé par la Réserve Géologique de Haute-Provence depuis 1984. Hormis celles mises à jour par l'érosion  qu'on ne vous y prenne pas à gratter dans la gangue. Vous pourriez à le payer très cher !

 

  Pour en savoir plus sur les bijoux d'étoiles, je vous conseille le très beau livre de Viviane Hervois

 

P1010318

 

  De ces  bijoux, accessoires du costumes qu'ils ne pourraient en  être dissociés,  il en est parlé également  dans le livre suivant :

 

200x270 Vetements-couv

 

  Le livre de Viviane Hervois  est à mes yeux la référence absolue traitant de ce sujet. Il est la source principale de cet article.

   

  Les deux titres présentent aussi, le poème  de Paul Arène dans des traductions similaires. Cela me réjouit et me conforte dans l'idée que la mienne n'est pas des plus mauvaises.   Si j'avais été plus attentive, cela m'aurait évitée de le rechercher sur le net et le travail de traduction qui, il va s'en dire n'a pas été un mauvais excercice en soi !  Et puis, je sais  désormais, dans quel Armana Prouvençau, il se trouve.   Autant dire, que cela a été comparable à rechercher une aiguille dans une meule de foin !

 

Rédigé par L'atelier de Phine

Publié dans #Provence

Repost 0
Commenter cet article

Astu 28/10/2010 14:06



Felicitacions Valérie!


Un "post" exquisit per la seva magnifica presentació, però també molt interessant, complet i ben documentat



Valérie Jean 23/06/2015 16:57

Je ne suis pas sans ignorer le talent de Monsieur Milles pour avoir acheter un pendentif au Musée Gassendi de Digne. Je trouve formidable qu'il y ait encore un artisan qui ait su conserver ce savoir-faire sur son département d'origine. Il mérite bien une ovation. Osco !

Renée 02/02/2015 22:20

Monsieur Milles et sa maman font encore de superbes bijoux et surtout restaurent les restes ayant appartenu à nos grands parents.
Il sont à Oraison et nous ont gentiment accueillis.Leur travail est très bien fait.
Passez les voir si vous êtes dans la région.

Valérie Jean 28/10/2010 14:11



Gramàci Astu



Doudou 20/07/2010 16:08



Article très intéressant. Bravo Valérie!


Je n'avais jamais entendu parler de ces pierres.


Ton blog promet d'être passionnant. Vivement les prochaines publications!


Bisous. Doudou :-)



LA MALLE AUX TRESORS 19/07/2010 14:53



Je suis la seconde après ta maman à t'adresser un commentaire de Félicitations pour cet article très documenté sur nos chères petites étoiles noires, et bien tu vois je viens de m'instruire car
je ne connaissais pas le terme "troques et entroques". Ta maman parle des promenades le jeudi quand elle éait au lycée, et bien moi j'étais aussi en internat, mais au Sacré Coeur et j'ai aussi
connu les promenades du jeudi, mais je regrette beaucoup et c'est vraiment dommage : à cette époque là, quand nous allions aux Dourbes, je n'attachais pas d'importance à ces petites
pierres. Si c'était à refaire, je remplirais mes poches .....! Bonne continuation pour ton blog. Joëlle de LA MALLE AUX TRESORS



Renée G. 18/07/2010 20:04



Voilà un article fort intéressant et bien documenté sur ces fameuses petites étoiles que je ramassais lors de nos promenades du jeudi (eh, oui !!!!), sous bonne garde des "pionnes" chargées de
nous surveiller, alors que j'étais interne au Lycée de Filles de Digne-les-Bains. Les copines d'alors s'appellaient Geneviève, Michèle, Monique, Annie, Josiane.... et j'en passe....... que je
dois retrouver le 7 août pour nos retrouvailles annuelles autour d'un bon repas et en évoquant - presque la larme à l'oeil - notre folle jeunesse et nos souvenirs d'internat........... !!!!!!
Mais que nous étions sages........... trop sages.......


Bisous ma fille


Maman